Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 18:33

CONCLUSION

 

Si, comme le prétend Schopenhauer "La musique n'a pas pour objet la représentation, mais la volonté" (16), on peut à l'évidence arguer que Wagner a mis en oeuvre sa propre volonté au service d'une représentation. Partant de la première phrase de l'ouvrage de Schopenhauer "Le monde est ma représentation", suivant le précepte schopenhauérien sur l'aspect théâtral de l’ennui (ennui qui porte à la représentation), Wagner a finalement établi une représentation du monde dans notre propre représentation du monde. La volonté renvoie directement à la négation du vouloir-vivre, négation du vouloir-vivre qui en dernier lieu, par la mise en drame du concept, entraîne la représentation. On peut dire qu'en représentant les concepts schopenhauriens, Wagner les a simplement annihilés sur la scène, par sa volonté. Ce premier point, volontairement iconoclaste, ne doit cependant pas faire oublier l'essence même des représentations wagnériennes. Par la musique, expression de la volonté, Wagner a donné un sens artistique à la philosophie de Schopenhauer. La musique a le pouvoir d'atteindre l'Autre Monde et véhicule mieux que n'importe quel autre art la négation du vouloir-vivre. Elle permet la transition, le passage dans un monde nouveau, celui de la métaphysique et de l'inconscient. Wagner associe en permanence le désir d'amour avec le renoncement, le vouloir-vivre avec sa négation. Dans la négation du vouloir-vivre, c'est la fin de la souffrance que recherche le héros wagnérien, l'extinction de "l'élan vital' mais il ne peut se dégager de l'aliénation de la représentation. Seuls la destruction, le chaos et la naissance d'un "surhomme" peuvent régénérer le monde de sa représentation. A travers ces personnages, c'est Wagner qui se met en scène également, lui dont l’objectivation de la volonté était justement de régénérer le monde de l'art. Wagner, c'est Wotan, Siegfried et Parsifal. Wagner se prend pour Dieu. Et si Nietzsche peut écrire "Dieu est mort" (en dehors de toute considération philosophique), c'est qu'il avait écrit auparavant : "Wagner, mon Dieu". A travers son auto-déification, Wagner est véritablement le lien entre la pensée de Schopenhauer et celle de Nietzsche, il en est l'incontournable médiateur. Wagner, prophète du "chef d'oeuvre d'art total', a embrassé son art dans sa globalité et a tenté d'atteindre, en dernier lieu la fusion total de l'artiste avec l'esthétisme de son art. Se détournant ainsi de la représentation du monde par la négation du vouloir-vivre, il a, par la force de sa volonté objectivée, crée une oeuvre unique, par l'amplification et la sublimation de la pensée schopenhauérienne. Il est en quelque sorte devenu lui-même le "surhomme", artiste accompli, incarnation de la "volonté de puissance" nietzschéenne.

 

* Maître de chapelle

  1. in "Richard Wagner et la pensée schopenhauérienne" d'Edouard Sans, Ed.

Klinksiek, Paris 1969.

  1. "Richard Wagner et Tannhaüser à Paris" de Charles Baudelaire, et "Lettre à Richard Wagner"....: "Richard Wagner" de Stéphane Mallarmé, in "Oeuvres complètes" Ed. Gallimard, La Pléiade, Paris 1945. C'est inspiré par l'expérience esthétique wagnérienne que Mallarmé parlera de "creux néant musicien".
  2. in "Richard Wagner" Martin Gregor-Dellin. Ed. Fayard, Paris 1981. (p. 243)
  3. Lettre à Erwin Rohde, 8 octobre 1868.
  4. in "Richard Wagner" Martin Gregor-Dellin (p.381)
  5. in "Ma vie" de Richard Wagner, Ed. Buchet-Chastel. Paris, 1978.
  6. Lettre à Franz Liszt, le 16 décembre 1854.
  7. Lettre à Frauenstädt, le 30 décembre 1854.
  8. in "Compositeurs allemands lecteurs de Schopenhauer 1850-1920" dans "Présences de Schopenhauer" dirigé par Roger-Pol Droit, Ed. Grasset, Paris 1989.

(10) in "Le monde comme volonté et comme représentation". Arthur Schopenhauer.

Ed. PUF, Paris 1966 (p. 25-27) (11)Ibid. (p. 327-329)

  1. in "Wagner et notre temps" de Thomas Mann. Ed. Hachette/Pluriel, Paris 1978.
  2. in "Une communication à mes amis" Richard Wagner.
  1. in "Richard Wagner" de Jacques Bourgeois. Ed. D'Aujourd'hui, collection les Introuvables, Paris 1959. (p. 158)
  1. Nous aurions préféré, avec un a posteriori historique, le terme de "supra-homme".
  2. in "Richard Wagner" de Martin Gregor-Dellin, Ed. Fayard, Paris 1981. (p. 731)

 

BIBLIOGRAPHIE

 

Devant l'abondance des titres, ne sont mentionnés ici que ceux effectivement consultés pour ce travail.

 

Arthur Schopenhauer

"Le monde comme volonté et comme représentation", traduction de A. Burdeau,

revue et corrigée par Richard Roos, Ed. PUF, Paris, 1966

"Le vouloir-vivre, l'art et la sagesse" (textes choisis par André Dez), Ed. PUF, Paris, 1991

"Aphorismes sur la sagesse dans la vie", traduction de J.A Cantacuzène, revue et corrigée par Richard Roos, Ed. PUF, collection Quadrige, Paris, 1994

 

Richard Wagner

"Ma vie", traduction de Martial Hulot, Ed. Buchet-Chastel, Paris, 1978 "Une communication à mes amis". Ed. Mercure de France, Paris, 1976.

 

Etudes sur Schopenhauer

Michelle Biget, "Compositeurs allemands lecteurs de Schopenhauer" in "Présences de Schopenhauer" sous la direction de Roger-Pol Droit, Ed. Grasset, Paris, 1989 Clément Rosset, "Schopenhauer. philosophe de l'absurde". Ed. PUF, collection Quadrige, Paris, 1994

Didier Raymond, "Schopenhauer". Ed. Seuil, collection Ecrivains de Toujours, Paris, 1995

 

Etudes sur Wagner

Martin Gregor-Dellin, "Richard Wagner". Ed. Fayard, Paris, 1981

  1. Bourgeois, "Richard Wagner". Ed. D'Aujourd'hui, collection Les

Introuvables, Paris, 1959

Thomas Mann, "Wagner et notre temps". Ed. Hachette/Pluriel, 1978

H ans Mayer, "Sur Richard Wagner". L'Arche Editeur, Paris, 1972

Marcel Schneider, "Wagner". Ed. Seuil, collection Solfèges, Paris, 1995

Edouard Sans, "Wagner. Schopenhauer et l'Anneau", in "Avant-Scène Opéra 8",

Janvier-Février 1977

Edouard Sans, "Wagner et la pensée schopenhauérienne". Ed. Klinksieck, Paris, 1969

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Jérôme Bimbenet
commenter cet article

commentaires

Angeline 01/04/2017 14:36

j'aime me promener ici. un bel univers.Venez visiter mon blog

Angelilie 23/03/2017 18:37

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une découverte et un enchantement. N'hésitez pas à venir visiter mon blog. au plaisir

Bimbenet 28/03/2017 18:07

avec plaisir !